30 artistas rinden homenaje a Marino di Teana en el Espace Christiane Peugeot -Carrement 4 - l'Art Construit

6 Apr 2017

 

 

Carrement 4 - l'Art Construit - Homenaje a Marino de Teana.

 

Exposición de carácter internacional que se instala en el tiempo como el punto de encuentro anual ineludible de l’Art Construit. Este movimiento, que ya se extendió a nivel mundial, refleja y da forma quizá, fluyendo un aire de actualidad, en el debut del revolucionado siglo XXI marcado por el aumento de la alta tecnología y el comienzo de una nueva era digital. Esta cuarta edición reune una treintena de artistas de renombre internacional.

Disciplinas: pintura, escultura, fotografía, video.

Artistas: David Apikian, Chantal Atelin, Françoise Aubry, Milija Belic, Roger Bensasson, Joël Besse, Charles Bézie Jean-Luc Bruckert, John Carter, Michel Clolus, Raphaël Durans, Olivier Fouchard, Daniel G.Hill, A. Garcia-Lemon, Ingrid Hornef Elissa Marchal, M. Chapin Massey, Roland Orepük, Loredana Rancatore, Claudine Sallenave, Jocelyne Santos, Jun Sato, Szasz Janos Saxon, Werner Stemans, Bogumila Strojna, Daniel Tostivint, Jacques Weyer, Atsushi Koyabashi, Rupert Mair

Hamenaje a F. Marino Di Teana
Invitada especial Mira Odalovic

 

Espace Christiane Peugeot

62 avenue de la Grande Armée, 75017 Paris

Vernissage 20 de abril 18 hs

Abierto todos los días de 13 a 19 hs.

www.espacechristianepeugeot.org

 

Catálogo de la muestra

 

Reseña Marino di Teana

 

 

Espace Christiane Peugeot : Un lugar de reflexión sobre la creación

 

El Ateleir Z fundado en 1991 por Christiane Peugeot en honor a su amigo el pintor Zévaco. Veintidós años después, en 2013, toma el nombre familiar de Espace Christiane Peugeot. Abierto a todas las formas de arte y cultura, el espacio promueve a artistas de todas las disciplinas, pintores, escultores, fotógrafos, músicos, escritores, filósofos, científicos... Organiza junto a ellos prestigiosas manifestaciones de arte contemporáneo

 

 

Numériquement, cette quatrième édition se présente comme fort symbolique. En dehors d’une certaine notoriété qui est en train de s’établir, notre manifestation de caractère international s’installe dans le temps comme rendez-vous annuel incontournable de l’Art Construit. Ce mouvement, déjà répandu à l’échelle planétaire, reflète et façonne peut-être le mieux l’air du temps actuel, en ce début bouleversant du XXIème siècle, marqué par la montée en puissance des hautes technologies et le commencement d’une nouvelle ère numérique. L’artiste contemporain ne peut pas rester indifférent à ce nouveau mode de vivre et de concevoir le monde. Ses œuvres matérialisent bien cette nouvelle sensibilité dépourvue de tout contexte anecdotique ou narratif, vestige d’un autre temps, impropre au langage plastique épuré et émancipé. L’austérité apparente de ce langage est compensée par une sophistication et un approfondissement de la dimension esthétique déjà instaurée par les précurseurs et les pionniers de l’art abstrait géométrique.

L’instinct numérique se conforte aisément dans le chiffre quatre, lourdement ancré dans la matérialité de notre monde. La tétrade, symbole du solide, palpable et perceptible, du stable et de l’ordonné, représentait déjà chez les anciens Grecs l’accomplissement de l’harmonie universelle et avait pratiquement la même importance que la décade. L’addition des quatre premiers chiffres donne la somme de dix, le nombre le plus parfait selon la philosophie pythagoricienne. Archétype du pouvoir totalisateur et de la symétrie, le quatre se rattache au carré et à la croix. D’autres significations fondamentales se cachent dans ce numéro prolifique : quatre dimensions qui constituent notre continuum spatio-temporel, quatre éléments, quatre points cardinaux etc. Inutile de rappeler que le rectangle, quadrilatère dont les quatre angles sont droits, encadre depuis longtemps l’imagerie picturale et représente une figure de base dans la création architecturale ou dans le design, bien avant que le Bauhaus ne l’officialise.

Cette année, nous avons l’exceptionnel privilège de rendre hommage à un grand sculpteur récemment disparu, Francesco Marino Di Teana, dont le travail se situe, et surtout dans ses pièces monumentales, au croisé de la sculpture et de l’architecture. Dans cet esprit-là s’inscrit aussi la sculpture "Liberté", exposée à Carrément 4, qui est une des maquettes de la plus grande sculpture monumentale d'Europe, réalisée à Fontenay Sous-Bois, d’une hauteur de 21 mètres pour 100 tonnes d'acier Corten. Conçues pour être intégrées pleinement dans la vie active de la cité, les formes gracieuses et généreuses de ses sculptures, expression noble et lucides de la musicalité pétrifiée, révèlent bien une forte dimension métaphysique intemporelle et un sens inouï de l’universalité. Elles sont à la recherche permanente de la vitalité et de l’équilibre entre le cube et le cylindre, rythmées par l’alternance et la dynamique du vide et du plein. Marino Di Teana, poète et philosophe de l'espace, donne, sans aucun doute, de l’humanité au plus froid des matériaux – l’acier, et nous plonge, par l’intégrité de ses approches et de ses convictions, dans la méditation la plus profonde sur la destinée de l’Art et la cause humaine en général.

 

Milija Belic,

Commissaire de l’exposition

 

 

 

Please reload

Posts destacados

Reseña 2009. Marino di Teana recibe el premio, "Commandant Paul-Louis Weiller",que otorga el "l'Institut de France", "Aca...

March 14, 2016

1/3
Please reload

Posts recientes
Please reload

Busqueda por Tags
Please reload